Urgences vitales 144

Julie Legault

Julie Legault

Julie Legault arrive à la séance photographique sur le chantier du centre hospitalier de Rennaz avec une boussole. La cheffe de projet et adjointe à la direction des soins consacre désormais plus de trois quarts de son temps à préparer le futur hôpital. «Bien entendu, je n’utilise pas la boussole, mais elle représente parfaitement mon travail.»

Travail qui consiste, d’une part, à identifier toutes les nouveautés techniques et structurelles du nouveau bâtiment. A partir de cette cartographie, elle prépare - en étroite collaboration avec l'Unité Formation - le plan de formation permettant aux collaborateurs et collaboratrices de s’orienter au sein du bâtiment et d’en connaître tous les secrets avant même d’être sur place. Cet apprentissage garantira la qualité des soins et la sécurité des patients dès l’ouverture de l’hôpital.

D’autre part, avec les médecins et infirmiers chefs, elle conçoit les carnets de bord d’un certain nombre de services médico-soignants hébergés à Rennaz. «C’est une carte de visite qui brosse leur profil, leur façon de s’organiser et détaille les prestations offertes».

Julie Legault explique ce qu’elle fait avec enthousiasme, passion. Le débit est rapide, la vision claire, les tâches multiples. Car en même temps, elle développe des programmes encourageant les patients à se prendre en mains quand ils souffrent de maladies chroniques. Et elle assure les liens entre la direction des soins de l’HRC et les partenaires du Réseau Santé Haut-Léman (RSHL).

La connaissance technique et structurelle du nouveau bâtiment permettra à tous de garantir la qualité et la sécurité des soins dès le premier jour à Rennaz.

Une formation en éducation thérapeutique, grâce aux aspects liés à la pédagogie et à la gestion de projets, lui ont permis d’accéder aux fonctions qu’elle occupe actuellement. Formation qui s’est ajoutée aux expériences multiples qui ont jalonné son parcours. «J’ai l’impression d’avoir fait plusieurs métiers via des unités et des mandats différents sans changer d’hôpital», confie-t-elle. A la fin de ses études d’infirmière, Julie Legault a en effet rejoint l’Hôpital-Riviera, qui a fusionné en 2014 avec l’Hôpital du Chablais pour donner vie à l’Hôpital Riviera-Chablais.

Aujourd’hui, elle apprécie la taille humaine de l’HRC. «Il est possible de faire bouger les choses plus facilement que dans un établissement d’une autre envergure. J’aime sortir de ma zone de confort». Comme lorsqu’elle s’est formée en médecine tropicale ou à l’occasion de séjours sur le continent africain. Le déménagement à Rennaz oblige à repenser l’organisation de l’hôpital. «C’est un champ de possibles à explorer, résume Julie Legault, l’opportunité de découvrir la diversité qui enrichit, de comprendre le monde de l’autre même si les avis divergent. Je préfère voir le verre à moitié plein ou chercher à le remplir !»

Fille d’une infirmière et d’un médecin, marié avec un infirmier, Julie Legault, qui a grandi dans le Chablais valaisan, baigne depuis toujours dans l’univers des soins. «Mes parents m’ont transmis des valeurs humaines, de relation, de respect.» Des valeurs que le passage aux soins intensifs a enraciné encore davantage dans sa pratique. «Si la machinerie est très importante, la proximité avec les patients, leur entourage, l’est tout autant, sinon davantage». En deux mots, prendre soins et accompagner, voilà sa philosophie.

Pour décompresser, encore qu’«une journée est trop courte pour toutes les envies», «il y a mon vélo» exulte Julie Legault. Elle fait le trajet plusieurs fois par semaine entre son domicile en région lausannoise et le Samaritain à Vevey où elle a son bureau.  Mais il y a surtout sa famille, ses deux enfants, avec qui elle partage les joies du voyage, du camping, du jardin potager foisonnant de la maison familiale. “Et qui, finalement, cadrent et équilibrent ma vie».

Tous les épisodes de la série